HOKUSAI et HE YIFU 

 

Deux peintres qui me touchent particulièrement !

 

Peintre du pays du soleil levant !

La métaphore renvoie au Japon,
dont les idéogrammes du nom signifient
« lieu d’origine du soleil ».
De plus, ce pays est le plus à l’est du globe,
et son drapeau, rouge sur fond blanc,
représente un soleil levant.

Katsushika Hokusai

(dont le nom se prononce Hoksaï -1760-1849)
incarne la spiritualité et l’âme japonaises.

« Fou de dessin » (gakyôjin)
tel qu’il aime à s’appeler lui-même,
doué d’une curiosité artistique insatiable
et d’un élan créateur durable
et fécond tout au long d’une carrière prolifique,
longue de soixante-dix années,
servi par une extraordinaire capacité de travail,
il laisse une production monumentale,
comprenant des milliers d’œuvres remarquables
tant par leur qualité esthétique que par leur variété stylistique :
peintures, dessins, gravures,
livres illustrés, manuels didactiques.

Il pratique tous les genres traditionnels…

Son coup de pinceau est mordant, rapide et net,
d’une liberté et d’une virtuosité incomparables
Comme peintre, Hokusaï se distingue
par un coloris essentiellement personnel
et par une incroyable liberté de main.
Ses études à l’aquarelle,
soutenues de légers rehauts de gouache,
défient toute comparaison
pour l’éclat et la fraîcheur du premier jet.
Il a des associations de rouges feu, de jaunes citron
et de bleus qui ne sont qu’à lui.

Un livre pour les jeunes

pour s’initier

à l’histoire du Fou de dessin !

 

le-vieux-fou-de-dessin-f-place

Il était une fois au Japon,
au cœur du XIXe siècle…
Tojiro, le petit vendeur des rues,
rencontre un curieux vieil homme
qui passe ses journées à dessiner
des lions-dragons, des ponts suspendus,
des saules qui pleurent.
C’est Hokusai, le vieillard fou de dessin,
le plus grand artiste japonais,
le maître des estampes, l’inventeur des mangas.

Fasciné par le talent du maître,
Tojiro devient son ami et son apprenti.

 francois_place_fou_dessin_page2

À travers l’histoire imaginaire d’une belle amitié,
François Place nous offre une initiation
à l’art de l’estampe japonaise,
dans son esprit et sa technique.

Les jeunes amateurs de dessins animés nippons
y découvriront que ces derniers sont issus
d’une longue tradition artistique.

C’est aussi un livre qui donne envie
de s’exprimer par le dessin,
que l’on soit doué ou non,
pour traduire ainsi,
comme Hokusai,…..toutes les émotions…

Une multitude de sentiments opposés
et de tendres émotions
découlent de cette jolie histoire.
La vivacité de l’enfant
rencontre le calme de l’homme qui,
par sa sagesse et son savoir,
lui ouvre les yeux au monde qui l’entoure.

Site de l’auteur Francois Place :
http://www.francois-place.fr/portfolio-item/le-vieux-fou-de-dessin/

 Ma nièce de 7 ans aime cette histoire,

elle est triste de ne pas pouvoir la lire toute seule!

 

Un beau livre pour les adultes !

 

hokusai-catalogue-expo-grand-palais-2014

Le catalogue de l’exposition du Grand Palais de 2014

Au XIXe siècle la bourgeoisie de Edo (aujourd’hui Tokyo) et les classes plus populaires étaient friandes des estampes sur bois qui illustraient des contes, des récits érotiques, des exploits des acteurs du théâtre de kabuki, des recueils de poésie ou des pièces de circonstance pour la nouvelle année.
Hokusai est le peintre par qui l’art japonais a été popularisé dans le monde occidental. Il doit sa renommée à quelques acteurs parisiens tels Edmond de Goncourt, auteur de la première monographie dédiée à l’artiste en français, le marchand Siegfried Bing, qui l’a très tôt exposé. Citons Monet… et tout une mode japonisante à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Les artistes français impressionnistes ou symbolistes se sont inspirés de sa technique : cadrage, sens du détail, originalité des aplats de couleur.

 

cerf-volant-hokusai

Voir la technique de l’estampe

Un peintre de l’empire du milieu !

 

J’ai découvert ce peintre en me baladant 

sur le blog d’une flâneuse bretonne

Merci pour cette belle découverte…

 

HE YIFU

Né en 1952 à Kunming

(République Populaire de Chine),

sa vocation se dessine dès l’âge de cinq ans. Diplômé de l’Ecole Normale Supérieure des Beaux-Arts de Pékin en 1986, il enseigne depuis la peinture traditionnelle chinoise, la calligraphie et l’histoire de l’art à l’Institut des Arts du Yunnan dont il a dirigé le Département des Beaux-Arts jusqu’en 1999.

Très attiré par la France, il découvre Paris en 1992 et y séjourne trois ans.

Depuis 1995, il partage son temps entre la Chine et la France où il peint, expose, anime des stages de peinture et de calligraphie. Il est l’auteur des livres « Le Voyage d’un Peintre Chinois en Bretagne », « Le Voyage d’un Peintre Chinois à Paris » et « Le Voyage d’un Peintre Chinois dans les Alpes ».

HE Yifu nous a quitté en août 2008. 

 

Il croqua notre France avec une grande délicatesse…

 

J’ai mis sur ma listechaussette-de-noel

« le Voyage à Paris »… 

he-yifu
HE YIFU

 

Si vous aimez cette vision du monde, 

je vous invite a découvrir

comme troisième sélection

d’ouvrage de l’Extrême-Orient

livres-dextreme-orient

SEI SHÖNAGON,

écrivaine et poétesse Japonaise,

« une autre manière de sentir le monde »

Une lecture pleine de beauté et finesse… 

 

Très belle lecture a vous…

Publicités